Comment rebondir après un licenciement ? - Louis Shaffer

Mon blogue

Comment rebondir après un licenciement ?

Comment rebondir après un licenciement ? - Louis Shaffer

Hervé, un membre de ma famille proche, a été licencié à 50 ans, il y a trois ans. Suite à ce départ après 20 ans d'ancienneté, il a touché une grosse prime de départ. Au début, cette décision fut difficile à accepter pour lui, une longue carrière d'ingénieur dans le domaine informatique, et puis du jour au lendemain, un licenciement. Les raisons de ce départ sont nombreuses : contrainte économique, loi de l’offre et de la demande, etc. La vraie raison ne sera jamais clairement explicitée par l'entreprise, mais en réalité, il a fait partie de ce wagon de quinquagénaires, qu'on licencie parce que leur coût de revient est trop élevé à présent. L'employeur préfère une main d’œuvre plus jeune, qui sera formée par ses soins, mais qui lui coûtera malgré tout moins cher !

La première année, Hervé ne s'est pas alarmé outre mesure, il s'est d'abord dit qu'il retrouverait rapidement un emploi. Mais très vite, il a compris que cela ne serait pas si facile. Le bassin d'emplois était bouché, et son âge posait problème, il n'était plus compétitif sur le marché.

Au bout de deux ans sans travail, il fallait se rendre à l'évidence, et réorienter sa stratégie pour trouver un emploi. Il s'est donc décidé à faire ce qu'il avait toujours rêvé de faire : créer sa propre entreprise. Ainsi, il était assuré de générer de l'emploi pour lui-même, et même, pourquoi pas pour un ou deux salariés, s'il se débrouillait bien. Il a créé une société de services aux particuliers, avec un faible investissement de départ.

N'ayant presque pas entamé sa prime de départ, accordée « généreusement » par son ancien employeur, il s'est dit qu'il fallait maintenant s'en occuper. Il ne savait pas trop comment faire fructifier cette somme d'agent. Il s'est adressé à moi, car je m’intéresse à tout ce qui touche de près ou de loin, la gestion financière. Alors je lui ai conseillé de s'adresser à un planificateur financier, cela me semblait être le plus indiqué dans son cas. Avec l'aide du professionnel, ils ont défini la manière de répartir son épargne. Finalement, son conseil lui a proposé d'investir dans la résidence secondaire. Il a créé une deuxième société, où il a mis en gestion deux appartements pour de la location saisonnière.

Le bilan de cette aventure est tout à fait positif, puisque Hervé gagne maintenant sa vie correctement, même mieux qu'avant. Il est devenu son propre patron, et a réussi a diversifié son activité. Il trouve que cette seconde vie professionnelle a rejailli sur sa propre vie personnelle, en lui redonnant un second souffle.