Partie de pêche en famille - Louis Shaffer

Mon blogue

Partie de pêche en famille

Comment vous dire ? Il n’y a pas de mots en fait pour décrire la joie de se retrouver en famille, que ce soit pour le repas, une randonnée ou pour des vacances. De toute ma vie, je ne me suis jamais évadé tout seul. Je n’ai jamais lu aucun de ces articles donnant des conseils pour un voyage en solo. En tout cas, le mois dernier, nous avons opté pour une partie de pêche.

Un moment d’évasion avant tout

Passer du temps avec les miens me semblait plus important que la pêche elle-même. Je me dis toujours qu’une évasion en famille, c’est l’occasion pour moi d’oublier le stress habituel que je vis au travail, à Montréal. Je ne pense par exemple plus aux voix des clients qui râlent, soi-disant parce que la facture pour le remplacement toiture La Prairie est trop salée. Je me demande toujours pourquoi ils s’en prennent à nous, les salariés, alors qu’ils ont signé de leur plein gré des devis clairs et détaillés… Enfin, bref, comme lors de nos précédentes escapades, il y a eu des imprévus lors de cette partie de pêche. Le premier problème est dû au fait qu’il m’arrive parfois, même en compagnie d’êtres chers, d’avoir la tête en l’air. Si mon épouse a tenu à s’occuper de l’organisation de la partie, je devais me débrouiller pour tout ce qui concerne les équipements. Quand je me suis aperçu en chemin qu’il n’y avait que quatre cannes, alors que nous étions cinq, elle n’était pas vraiment étonnée. Ma fille de 6 ans m’a demandé dans la voiture si c’était sa canne que j’avais égaré. Heureusement que le responsable du site de pêche loue et vend tout un tas d’équipements.

Un moment de plaisir, même pour mon petit loup solitaire

Mais il y a une autre chose que je craignais. C’était prévisible, mais pire que n’importe quel imprévu : mon plus jeune fils est du genre solitaire. Il est connu pour sa promptitude à se trouver un coin calme, à vivre presque constamment dans son esprit, tel un philosophe précoce. Et le fait que lui et son frère n’ont pas la même longueur d’onde aurait pu gâcher l’ambiance. Mais j’avais tout faux. Dieu merci ! En fait, ne voyant que ses défauts, les gens occultent totalement les qualités de mon fils. Il a un esprit très curieux, et c’était la première fois qu’il allait pêcher. Forcément, il voulait apprendre, pas vraiment pour le plaisir, mais par orgueil, il veut, dans tous les domaines, être meilleur que son frère. Celui-ci est justement un pêcheur expérimenté. Bref, je ne m’inquiète pas, mais regarde d’un œil optimiste, mais prudent, cet esprit de compétition.