Pour nos 25 ans de mariage... - Louis Shaffer

Mon blogue

Pour nos 25 ans de mariage...

Pour nos 25 ans de mariage... - Louis Shaffer

Pour que la fête que j’allais organiser dans ma maison, soit vraiment réussie, j’avais contacté un artificier. Je voulais un feu d’artifice magnifique, dont tout le monde se souviendrait. C’était un moment particulier, pour moi et pour ma femme, car nous étions mariés depuis vingt-cinq ans. J’avais contacté d’anciens amis que nous avions eus à l’université, et dans le premier quartier où nous avons vécu. Nous étions revenus à la campagne après de nombreuses années passées en ville, que nous avions appréciées. Mais, à présent, j’étais convaincu que la vie au grand air était, ce qui me convenait le mieux. J’avais, de temps à autre, des rendez-vous dans la grande ville que j’avais quittée. Ma femme aussi, car elle allait régulièrement voir un spécialiste pour un soin basé sur une injection acide hyaluronique.

Nous avions aussi des enfants, qui avaient grandi. Deux de nos filles étaient mères depuis une dizaine d’années, elles avaient accouché quasiment en même temps, à quelques heures près. Leurs enfants étaient aussi différents que le jour et la nuit. Ils avaient hérité, pour certains, de mes traits et pour les autres, de ceux de leur père, qui avait des origines méditerranéennes. Les têtes blondes et brunes se mélangeaient sans aucune animosité. Les jeux agités étaient surtout le reflet d’une bonne entente et de la joie que les cousins avaient de se retrouver. J’espérais que la fête que nous avions prévue leur plaise. Un magicien donnerait une représentation, puis des jeunes gardiennes d’enfants les coucheraient, lorsque l’heure serait venue. Elles leur liraient des histoires sur des livres géants aux pages animées que j’avais commandés sur Internet.

Le soir arriva, et tous nos invités furent là en même temps, c’est du moins, l’impression qu’il me reste de ce moment intense. Plus de cent cinquante personnes se pressaient autour des tables réparties dans notre jardin. Des tentes les protégeaient de l’humidité et du froid que la nuit pourrait apporter. Nous avions aussi prévu des chauffages d’extérieur, comme ceux que l’on trouve parfois sur la terrasse des cafés ou des restaurants. C’était au tout début où les particuliers pouvaient en trouver. Un orchestre entonna quelques airs de jazz et des couples se mirent à danser. La soirée était bien commencée. Le spectacle du prestidigitateur se tenait dans le salon. J’entendais les rires et les cris de surprise de mes petits-enfants. Près de moi, ma femme regardait tout ce monde qui semblait s’amuser autour de nous. Nous étions vraiment aussi heureux d’être ensemble, qu’il y a vingt-cinq ans.