Un déménagement à organiser - Louis Shaffer

Mon blogue

Un déménagement à organiser

Jean-Denis avait été clair. Je ne pouvais pas déménager tous mes meubles en un seul voyage, au moins deux allers et retours seraient nécessaires. Cela ne m’arrangeait pas du tout, car j’avais peu de temps devant moi. J’avais loué un camion, et mon ami Jean-Denis le conduisait. Il m’avait assuré qu’il avait toute la journée devant lui, que je ne devais pas m’inquiéter. J’aime que tout soit bien organisé. Pour cette journée, j’avais planifié chaque heure, et je constatais que mon organisation devait entièrement être revue. J’ai donc posé sur un papier les nouveaux critères à prendre en compte pour que tout soit déplacé avant la tombée de la nuit. Pendant le trajet du retour, j’ai consulté ma messagerie électronique, et j’ai vu que j’avais des informations envoyées par celui qui s’était occupé de ma gestion du patrimoine St-Lambert. C’était une réponse à ma demande, formulée quelques jours avant.

Comme plus d’une heure séparaient le lieu du déchargement de mon ancien condo, j’ai pu mettre à jour mon profil sur mon réseau social, et même télécharger une application. J’avais déjà préparé les objets à transporter dans mon entrée, et jusque dans mon salon. Alignés et recouverts de cartons, cette allée de commodes, d’étagères et de placards démontés devait disparaître entièrement d’ici au soir. Il était dix heures du matin. J’ai commencé par porter les miroirs et tout ce qui était fragile. Je les ai calés dans le camion avec ce que je pouvais trouver. J’avais bien empaqueté les objets les plus délicats. Ils arrivèrent dans un bon état. Je n’eus à déplorer qu’une légère fêlure sur le bord d’un plat en porcelaine. Quand ce premier voyage fut terminé, je proposais à mon ami de dîner dans un restaurant quand mon cellulaire m’indiqua un appel.

C’était Gilles, un collègue qui habitait la rue que je quittais. Il nous avait vus charger le véhicule de transport, que j’avais loué, et il proposait de nous rejoindre à mon ancien domicile pour nous aider. Deux bras de plus, c’était inespéré. J’ai renvoyé quelques lignes pour le convier à se joindre à nous, à l’occasion du dîner. C’est avec une assiette bien garnie que nous avons été accueillis dans ce restaurant. Nous avons repris des forces pour terminer mon déménagement. Ce fut donc plus vite que ce que j’avais prévu, bien avant le coucher du soleil, que tout avait disparu de cette habitation que j’avais occupée pendant trois ans.