Une activité qui lie père et fils - Louis Shaffer

Mon blogue

Une activité qui lie père et fils

Une activité qui lie père et fils - Louis Shaffer

Mon fils est connu de la plupart de ses amis comme un intello, un esprit de génie qui passe beaucoup de temps à lire. Ce trait de personnalité, il l’a hérité de sa mère. En tout cas, il n’est pas seulement un geek. C’est aussi quelqu’un d’extrêmement intrépide. Ce caractère surprend d’ailleurs beaucoup de camarades de classe. Justement, contrairement à ces derniers, mon fils ne passe pas le plus clair de son temps aux jeux vidéo. Quand il ne lit pas, il s’entraîne au hockey ou au judo. Ou alors, on va ensemble, à la chasse.

Un « geek » avec une arme entre les mains

Mon fils est quelqu’un de très ambitieux. En chassant, il est quand même bien obligé d’essayer de canaliser ce côté téméraire. Car il lui arrive de rater des cibles par manque de concentration, ou par précipitation. On a commencé à chasser ensemble, alors qu’il n’avait que 12 ou 13 ans. Aujourd’hui, il comprend mieux mes instructions. Parfois, il obtient de meilleurs résultats que moi. Comme quoi, l’élève finit souvent par dépasser le maître. Cela dit, il y a certaines fois où il rentre bredouille. Pourtant, il se positionne bien, il ne tremble pas et reste concentré. Je n’ai remarqué que dernièrement que c’est justement cette concentration qui lui fait rater des cibles certaines fois. Malgré ses efforts, il est de nature téméraire. Il aime que les choses se fassent à la vitesse de l’éclair…

La chasse, un savoir-faire qui se transmet de génération en génération

Quoi qu’il en soit, on parle bien d’une partie de chasse entre garçons et non d’une compétition officielle. Du moins, c’est comme cela qu’on voit les choses. Les quelques rares fois où on chasse à Montréal, on n’oublie jamais de faire un saut chez une vieille connaissance. C’est un ancien voisin de palier, qui était un ami proche de mon père à l’époque. C’est lui en fait qui m’a appris le maniement des fusils. Aujourd’hui retraité, il a donné le flambeau à son fils pour la direction de sa compagnie de remplacement toiture Mont-Tremblant. J’aurais tant voulu qu’il vienne de temps à autre chasser avec nous. Mais malheureusement, sa santé est devenue trop fragile pour qu’il puisse faire des activités physiques plus intenses que le jogging matinal. L’autre avantage de passer chez lui, outre la joie de prendre un café avec un ami de longue date, c’est qu’il donne toujours des conseils très instructifs, surtout à mon fils. Celui-ci, malgré ses défauts et ses erreurs intermittentes, progresse.