Vivre en Asie - Louis Shaffer

Mon blogue

Vivre en Asie

Surtout, je devais rester auprès de ma conjointe pendant ce moment. Sa sœur venait de lui annoncer qu’elle partait vivre dans un autre pays. Je savais que leur lien fraternel a toujours été très fort. J’ai mis ma main sur son épaule, et j’ai vu qu’elle tournait la tête vers moi. Elle ne semblait pas très bouleversée. Elle savait que sa sœur avait un penchant pour les voyages, et qu’elle ne pouvait pas rester en place plus de deux mois de suite. Partir en Asie pour participer à un projet humanitaire, était une étape incontournable pour cette jeune femme. Elle avait terminé ses études depuis peu de temps, et elle souhaitait connaître le vaste monde. Une année d’absence ne serait pas trop longue, comme elle le disait elle-même. Ma belle-mère était fière de la décision de sa fille, et elle voulut porter un toast à l’aventurière. Le départ était imminent, quatre jours la séparaient de son vol pour Ceylan. 

Après une première étape au Sri Lanka, elle avait une période de trois mois à passer en Inde. Ensuite, elle s’envolerait pour le Cambodge et elle reviendrait après être restée deux mois en Mongolie. Voyager dans ces lieux aussi exotiques, était un rêve que ma belle-sœur voyait enfin se concrétiser. Son enthousiasme était visible, et je ne fis rien pour le diminuer. Et, pourtant, je savais qu’elle pouvait avoir des problèmes terribles, car ces pays sont parfois difficiles. J’ai, moi-même, fait quelques séjours en partant à l’aventure. Je reconnais que j’ai adoré cette période de ma vie. La chaleur des tropiques me manque parfois, mais les difficultés avec les moustiques, entre autres inconvénients, ne me manquent pas. La confiance en elle qu’affichait la jeune femme était indispensable pour qu’elle soit motivée pendant tout son séjour à l’étranger.

C’est au cours d’une discussion avec Annie, la cousine de mon beau-père, que j’ai appris qu’elle cherchait à obtenir une deuxieme hypoth√®que. Elle m’expliqua qu’elle voulait avoir un peu d’argent pour pouvoir, aussi voyager. Je lui ai indiqué les démarches à faire, et lui ai donné les coordonnées d’un bon ami qui pourrait l’aider. Ensuite, nous avons parlé de l’avenir de son fils. Il avait commencé des études de commerce, et elle me racontait les problèmes qu’elle avait eus pour l’inscrire. Quand je suis revenu à la table, en apportant les cafés, j’ai vu que ma conjointe s’était absentée. Elle se promenait dans la cour avec sa sœur. Je les ai vu disparaître au détour d’un massif de rosiers, et s’enfoncer sous les chênes.